• Samedi 8 octobre nous avons visité le Tribunal de Grande Instance de Strasbourg, qui entre en phase de vérification de conformité des travaux avant la remise des clefs début décembre et une mise en service prévue pour la deuxième quinzaine de février.

    Nous avons été convié à cette visite, avec d’autres forces vives du quartier ainsi que les riverains et c’est avec plaisir que notre association a répondu présente à cette invitation.

  • Le quartier Halles-Tribunal place de Haguenau est délimité au nord par le Fossé du Faux Rempart, créé au XII ème siècle et canalisé au XIX ème siècle.

    Il s’agit d’un bras de l’Ill qui borde le nord de la Grande Ile de Strasbourg sur près de 2 km, commençant au barrage Vauban et rejoignant l’Ill vers le quai St Etienne. Ce bras a été au XII ème siècle bordé de remparts. Au XIII ème siècle, un second rempart est construit au milieu du lit de la rivière, c’est de cette construction que le Fossé tient encore son nom.

  • Début 1939, la population strasbourgeoise fut évacuée afin de laisser le champ libre aux armées.

    La guerre, la vraie, celle qui ne dura que de mai à juin, ne laissa que peu de traces dans notre quartier. Dans les maisons évacuées, le gel de l’hiver avait fait éclater quelques conduites d’eau et la destruction à l’explosif du pont de chemin de fer proche de la place de Haguenau avait endommagé quelques toitures et brisé de nombreuses vitres. Pour le reste, les habitants revenant chez eux purent retrouver leurs demeures comme ils les avaient quittées.

  • Durant les cinquante et un mois que dura la première guerre mondiale, notre quartier ne subit aucun avatar important. Comme l’ensemble de la ville, il connut des mouvements de troupes, des passages de prisonniers, des restrictions alimentaires et quelques exactions policières à l’encontre de citoyens qui manifestaient trop fort leurs sentiments francophiles. Mais il n’y eut ni bombardement, ni destructions par fait de guerre.

  • C’est la guerre franco-allemande de 1870 qui fit subir à notre quartier des transformations importantes. Elle marqua le début d’une époque d’expansion et de changements.

    Le conflit montra d’abord que la ville n’était plus protégée par son enceinte. Restées quasi inchangées depuis Vauban, les fortifications ne purent rien contre les canons prussiens qui, postés à plus de cinq kilomètres de la ville, la bombardèrent sans grands risques pour eux.

  • Dès l’époque romaine, le Faubourg de Pierre constitue une voie de communication vers le nord de la ville Argentoratum vers les autres camps militaires situés le long de la frontière du rhin tel Brumath (Brocomagnum).

    Avec le christianisme, la ville épiscopale, perpétuant l’organisation antique, fortifia essentiellement l’enceinte du castrum, l’îlot central. L’évêque se contenta de faire édifier des églises le long des axes principaux ainsi qu’en dehors de la Ville (Ste Hélène, Toussaint…)